12 / 01 / 2008
Larnod (France)

(co-produit avec Bestial Experience)

Kronos
Ingrowing
Defecal Of Gerbe
Evict





AFFLUENCE

environ 180



COMPTE RENDU :

Le matin quand je me lève, avant de me doucher, je prends mes habits très généralement au pif, un jean, des sous vêtements et le premier t-shirt qui me tombe sur la main. Or quand je me rends à un concert le choix du t-shirt est important, voire primordial! Pour ce 12 janvier 2008, il fallait que je m’habille aux couleurs de Bestial Expérience.

19h20, je sors du taf, Bastien, Bouffa et Ben m’attendent sur le parking, le temps de manger vite fait et nous voilà partis à Larnod à côté de Besançon, pour nous y rendre nous mettons différents titres des galettes de Benighted, Recueil morbide, Goryptic et Blockheads. Le trajet se fait sans soucis. À notre arrivée, l’excitation est vraiment grande, on se pose devant la salle où déjà une bonne partie de la grinding family de Strasbourg attend : Guyom de Goryptic, Hopkins Sam le chti, Fred, Grinder et mAd d’Inhumate (Inhumate, Inhumate, Inhumate !), nous n’avions pas vu les loustics depuis février 2007… Grosse surprise c’est que la plupart font référence à la session Tecktonik que je dois faire sur scène pendant Kronos, elle est attendue par pas mal de monde et l’on dirait que certains ne sont venus que pour ça (lol)… 20h40 les portes s’ouvrent et nous entrons dans cette super salle qu’est le Cylindre. mAd me paye une binouze qu’il me devait du Rock in hell 2007. Les spectateurs arrivent en masse et lorsqu’on parle de Tecktonik certains viennent me voir pour se présenter vu qu’on parle ensemble sur le net. 21h10 environ : Evict commence son set, cette formation est composée du bassiste d’Herpès de crachat de fillette, le batteur d’Herpès (selon Bastien, je ne l’ai pas reconnu), et de deux gratteux dont un qui chante. Dès que le frontman se mit à hurler dans son micro, nous nous sommes dit « On y est putain ! » Pendant 40-45 minutes, le combo bisontin nous a délivré un concert sans concession où le maître mot était puissance, une très belle entrée en matière.

Il est temps pour nous de nous désaltérer et Hopkins me paye une bière, il est impatient de voir la Tecktonik, certains n’hésitent pas à me mettre la pression mouhahahah. Defecal of gerbe investit la scène et l’on voit 3 chanteurs, rien que ça. Un gratteux, un bassiste et un batteur complètent le tout ! Peu importe nous n’aurons d’yeux que pour les gruickeurs, un en costard, Aurel avec un masque SM et le dernier en slip avec comme inscription derrière « Johnny 00 ». Ce dernier porte autour de son coup un appareil uro-génital masculin, effet garanti. Le temps de se familiariser avec ce pur grind et la boucherie commence, pour introduire le second morceau, un des loustics balance : « La prochaine chanson s’appelle la deuxième » gros fou rire et ça n’en finira pas, le temps passe à une vitesse folle et les bruits d’éviers se confondent avec les bruits porcins nous montrant toute la palette de sons que peut accomplir l’organe humain. Le public réagit bien avec une mention spéciale pour Grinder, le chanteur d’Inhumate, qui a tout donné ! Le public se prenant au jeu c’est nous qui choisissions la setlist sur les derniers morceaux en vociférant des « La huit !!! » « La 24 » qu’ils n’avaient pas malheureusement lol. D’habitude nous restons contre la scène mais nous sommes allés nous frotter aux loustics devant la scène. Certainement le concert le plus décalé auquel j’ai assisté depuis herpès de crachat de fillette en mai 2006.

Le troisième groupe vient de République tchèque et possède une solide réputation chez nos amis alsaciens, il suffira de quelques secondes pour s’en rendre compte. L’esprit se détache du corps. Pour la majorité de la populace il est débile d’aller se faire beuter par des mecs devant un groupe de musique mais pas pour nous! C’est carré, ultra brutal, la rage transparaît chez les 4 zicos mais toujours avec un esprit positif, difficile de vous conter cette expérience particulièrement impressionnante. Quel bonheur d’être au milieu des mecs d’Inhumate, de Sam, de James à suer comme des porcs, à headbanguer non stop et à se pousser le tout dans une si bonne humeur, un moment où il est impossible de tricher et où l’on se sent vivant tout simplement… Pour Ingrowing, ça ne se raconte pas, ça se vit…

La tête d’affiche est Kronos, le groupe de brutal death vosgien est désormais une pointure et nous avons enfin pu voir la machine de guerre sur scène. Les musiciens arrivent au compte goutte arborant chacun une chemise à l’effigie du groupe avec leur nom cousu sur une poche, la grande classe. 00h10 le set démarre et putain la claque magistrale comme je les aime, le public est sonné par le groupe précédent donc moins virulent. Les mecs sont ULTRA carrés, ça envoie le pâté comme il faut. La setlist habilement choisie pioche dans tous les opus pour notre plus grand plaisir. La plupart des personnes qui ont vu Kronos et qui apprécient le brutal death en sont sortis sonnés, je ne déroge pas à la règle. Les chansons défilent et il est temps pour moi de connaître mes 15 secondes de gloire, je confie mes lunettes à Bastien et monte sur la scène, je commence ma session « R+25tonik », je motive le public pour me faire voler dans les airs à grands coups de « hey hey hey » bien rageurs comme il faut. Je pars en slam de dos, tout se passe bien et en 1/10e de seconde je passe de 2mètres de haut au sol en retombant sur le genou. Plus de peur que de mal cependant, je rejoins mes acolytes qui me tapent sur l’épaule. Il est temps de profiter, à nouveau, des maîtres de la soirée. Kronos fera un rappel, ce groupe est grand, très grand…

Nous sommes sonnés par tout ce que nous avons vu et pris dans les oreilles, nous allons voir nos amis alsaciens et je demande leur avis pour ma petite danse. Tous ne l’ont pas vu (rahhh heureusement que Bastien a filmé) mais ceux qui ont eu la chance de m’admirer m’ont dit un beau « Respect » et venant de la part de Damien d’Inhumate et d’Hopkins. Le pari est réussi haut la main ! Une petite binouze pour se remettre de nos émotions. Je décide d’acheter l’intégrale d’Herpès de crachat de fillette pour 10€ : 3 splits cd + un vinyle d’un split. Je la fais même dédicacer par le James qui fait ça pour la première fois de sa vie, un grand moment… On attend les vosgiens mais seul Richard est venu rapidement. Peu importe, on parle avec la grinding family qui veut que je refasse de la Tecktonik, certains ayant loupé ça et c’est devant un parterre réduit que je m’exécute le tout dans la bonne humeur. mAd nous a fait de la teknobit, un moment mémorable. Nous prenons congé, le retour se fit avec le cd de Defecal of gerbe que Bouffa a acquis et du Rage against the machine Quelques photos prises dans la soirée.

J’ai appris quelque chose, s’il faut faire un slam, vaut mieux le faire à un concert de grind que de brutal death, croyez–moi ! Peut-être que dans quelques années, un mec dira : « le mec qui a tecktoniké pendant Kronos à Larnod, je l’ai vu » mouhahahah Merci à Bestial Experience, Grind Your Soul, aux groupes, la grinding family, Mickey, aux forumeurs rencontrés… Stay brutal.

R+25

GALERIE :
Toutes les photos ont été prises par Zouille


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]