18 / 02 / 2006
Soul Grinding Festival #6
Strasboug (France)

Stoma
Despise
Trepan'Dead
World Downfall
Embalming Theater
HCF
Whoretorn
Massive Charge
Deadborn




AFFLUENCE

environ 300



COMPTE RENDU :

Les os brisés, le cerveau laminé, les muscles fatigués, voila dans quel état je suis ressorti de cette édition du SOUL GRINDING FESTIVAL. Première fois que j’avais l’occasion d’y assister et vous pouvez être sur que je serai de la partie l’année prochaine !! Que de bons souvenirs, que des belles rencontres, mon seul regret : déjà terminé.

Et de six !!Et oui c’est déjà la 6ème édition du Soul Grinding Festival, festival qui a lieu chaque année à Strasbourg organisé par Fred et Yannick d’INHUMATE et GRIND YOUR SOUL. Le SGF n’est ni qu’un festival, ni un festival parmi d’autres : il offre la possibilité à des groupes UNDERGROUND ou à des groupes signés sur de petits labels de jouer sur une grande scène avec de très bonnes conditions.

Samedi matin, le convoi chti démarre direction Strasbourg et le SGF. La journée s’annonce longue mais ça va être bon, impatient d’y être, de revoir tous les potes, d’avoir le cerveau noyé dans des litres et des litres de Brutal Death Grind et un peu de bière héhéhéhé et de suer un bon coup dans le pit !!

16h15 tapante, à peine 30 minutes après l’ouverture des portes (on ne pourra pas dire que le timing n’est pas respecté), DEADBORN a la tâche difficile d’ouvrir la soirée. Les allemands jouent un brutal death bien carré et ont une bonne présence scénique. Les morceaux sont assez techniques avec de très bons passages blastés alternés avec des changements de tempo assez bien placés. Malgré un set assez court, leur mission est accomplie. Ca y est le SOUL GRINDING FESTIVAL est lancé. Le public est déjà bien en condition, on a vu les premiers slams, ça a pogoté gentiment dans le pit !! C’est le démarrage, un très bon échauffement pour éviter le claquage !! Les gens continuent d’affluer pendant le set, la soirée s’annonce bien, grosse déferlante de décibels en vue… Ca va chier !!

MASSIVE CHARGE prend le relais. Bien que de Nancy, on pourrait les considérer comme le groupe local de la soirée. Les gaillards ont une sacrée réputation, sont loin d’être à leur première expérience. Et la ça grind !! Il faut s’accrocher sévère !! Le batteur martèle sa caisse claire ne lui laissant aucun répit ! On sent que les gars sont contents d’être là et ils nous le font partager. C’est un gros show des MASSIVE CHARGE qui a foutu une claque à tout le monde, une des meilleures prestations de la soirée. La preuve en est que pour la première fois de la soirée, la scène est envahie pour le public et là c’est le drame : le préampli du guitariste qui se casse la gueule. Et oui ce qui devait arriver arriva ! Heureusement ce fut le seul incident de la soirée, mais vu la pagaille qu’il y a pu avoir sur scène au cours de ce SGF, c’est assez étonnant !!! Combien de fois faudra-t-il le répéter ?? Quand vous montez sur scène, faîtes gaffe au matos !! Ca coûte cher !! Enfin cela n’a occasionné qu’un léger break afin de tout remettre en place, de re-régler le bazar et cela repart de plus bel. MASSIVE CHARGE terminé, direction le bar, une bonne bière fera le plus grand bien ! Encore merci pour cette putain de prestation !

Premier groupe “d’euch Nord” de la soirée, WHORETORN qui compte dans ses rangs le fameux Albatard et qui joue du noisy hategrind. Pas évident de passer après MASSIVE CHARGE, vu l’ambiance qu’ils ont foutue dans le pit mais les gars se sont bien débrouillés. Un chant bien puissant qui plaît ou ne plaît pas, une batterie très efficace sans compromis et un bassiste déjanté ! Qu’on le veuille ou non, WHORETORN est quand même porté par la présence d’Albatard. Leur set fut bien efficace, les pogos ont continué de plus bel, il n’y a pas à dire, pour aller au SGF, il faut être en forme car ça déferle dans tous les sens.

Première fois que je voyais les mecs de HERPES DE CRACHAT DE FILLETTE (HxCxF) en live et je n’ai vraiment pas été déçu. Au cas où vous ne les connaissiez pas, ces messieurs font du gonzo grindcore, surprenant non ?? Deux chanteurs ultra vitaminés qui bougent partout, slamment, un bassiste très impressionnant qui allie technicité et énergie, un bûcheron en guise de batteur qui se contente du strict minimum (le gaillard joue sans toms !! pratique pour les changements de plateau) et un seul guitariste que j’ai trouvé trop en retrait, un peu oublié sur le coin de la scène. Du coup, il y avait comme un déséquilibre : au centre les 2 brailleurs qui couraient partout, à gauche un bassiste déjanté qui, tout en alignant des parties basses à faire pleurer, headbanguait tel un psychopathe et à droite, un guitariste trop statique à mon goût. Les titres s’enchaînent, on n’a pas le temps de souffler ! Dans le pit, ça pogote, ça slamme et même un des chanteurs d’HxCxF y a droit. Ces mecs savent vraiment foutre l’ambiance. Un des meilleurs set de la soirée en ce qui me concerne même si le son était un peu brouillon, je me suis pris une grosse claque dans la gueule !

Arrivent alors les Suisses d’EMBALMING THEATRE. Je focalise directement sur le batteur qui tient ces baguettes en position jazz ! C’est un monstre de technique et de précision mais comment arrive-t-il à être aussi percutant avec ce grip ?? Je serais vraiment curieux de savoir pourquoi il a choisi ce type de jeu réservé au jazz d’habitude. Le morceau commence et après une minute, les gaillards s’arrêtent, posent leurs instrus et se cassent direction les loges !! Petit moment d’incompréhension général, que se passe-t-il ??? C’est la pause caca ? Un coup de stress ou bien ?? Mais non rien de tout ça, ils se sont juste absentés le temps de s’affubler d’une tenue de vahiné : collier en fleurs, noix de coco en guise de soutif et paréo en raphia, combinaison made in Hawaï qui nous offre le seul rayon de soleil de la journée. La page météo étant refermée, retour au concret ; EMBALMING THEATRE nous assène un death / grind surpuissant avec des riffs entraînants, une bonne présence sur scène, une batterie ultra solide. Ce fut vraiment une vraie bonne surprise pour moi, car je ne connaissais pas du tout ce groupe.

Le show continue, les changements de plateau sont ultra rapides encore bravo à l’orga qui fait un sacré boulot !! J’ai à peine le temps de me boire une bière et de taper la discussion avec tout le monde que ça y est les mecs de WORLD DOWNFALL sont déjà prêts à commencer alors vite je reprends une bière et je cavale devant la scène. J’assiste à un bon show, les gars sont bien en place mais rien d’extraordinaire. Dans le pit ça pogote toujours ! Y a pas dire, il y a quand même une putain d’ambiance au SGF !! Les allemands de WORL DOWNFALL nous balancent leurs riffs bien grind, ils utilisent bien la scène, on voit qu’ils ont beaucoup d’expérience et qu’il y a beaucoup de travail derrière eux. Je ne vois pas la fin de leur show car le bar m’appelle et je veux être en forme pour le groupe qui va suivre….

Voici le moment temps attendu… mes potes de TREPAN’DEAD !! On se connaît depuis des années, je les ai vus je ne sais combien de fois en concert que cela soit dans des cafés plus ou moins miteux ou de plus grosses scènes mais cette date, je ne voulais la louper pour aucun prix. Le show commence, les 2 premiers morceaux pour trouver ses marques et prendre la température et merde c’est bouillant !!! On assiste à un vrai show dans toute sa splendeur emmené par Chris, un des 2 chanteurs de TREPAN’DEAD ; ce mec est hallucinant et à un jeu de scène incroyable, du jamais vu. Il agrémente son chant de mimiques, vit à fond ses textes et nous les mime ! Il est bien sur accompagné par Boub qui est non seulement le 2ème chanteur mais également son frère ce qui crée une vraie connivence entre les deux. Derrière les musiciens sont très solides, guitare avec des riffs bien tranchants, une batterie ultra efficace, précise avec de putains de blasts et un bassiste qui bourrine sa basse !! Hallucinant et bien brutal, ils ont une envie certaine de foutre un bordel du feu de dieu ; les chtis gars sont pas venus la pour rigoler, c'est clair (enfin si, on s’est compris n’est ce pas ??) mais bien pour faire savoir qu’ils existent, et bien croyez nous ça dépote un truc terrible qui te prend par la peaux des burnes (tu vois je te serre la tu sens ou pas) !! Le public a envahi la scène plusieurs fois, ça slammait de tous les côtés, pogotait sans cesse, c’était vraiment la fête. TREPAN’DEAD fût l’apothéose de la soirée, les gaziers ont tout déchiré !! Encore bravo et merci pour ce grand moment ! Le show terminé, je vais féliciter les gaillards et direction le bar pour me remettre de mes émotions, après l’effort, le réconfort !!

Et voici les Tchèques de DESPISE, un des seuls groupes de Brutal Death de l’édition 2006 et quel groupe !!!! Un peu moins de place sur la scène, car le batteur utilise sa propre batterie, du coup cela a rendu impossible les invasions de la scène mais cela n’a pas empêché le pit de pogoter comme des barbares !! Les Tchèques sont bien techniques sans pour autant perdre niveau patate !! L’ambiance est là, les gars sont motivés pour nous faire passer un bon moment et c’est réussi !! Ils s’enchaînent les morceaux, les mecs sont vraiment très bons, y a pas à dire, il y a du boulot derrière et c’est très bien maitrisé. En résumé : un très bon set ultra carré.

Dernier groupe de la soirée STOMA, retour au grind avec les Hollandais histoire de finir en beauté ! Une tuerie pour finir sur les rotules dans un grand grind gore des plus mémorables !! Bon on va pas compliquer les choses : ça blaste à fond !! En plus la présence de 2 chanteurs ajoute une grosse bouffée d’énergie. On sait que c’est le dernier groupe alors les mecs dans la salle balancent le peu d’énergie qu’il leur reste afin de terminer à genoux. C’est le dernier souffle, il faut profiter des derniers moments et ça tout le monde l’a compris. Les zicos se déchaînent sur leurs instruments, ça sert à rien de réfléchir, STOMA ça bourrine et les mecs sont la pour nous faire transpirer !! Pari gagné, fin du show, on est tous essoufflés, crevés, vidés, notre cerveau est grillé par cet amas de décibels, un sourire niais (niééééééééé) se lit sur notre visage, le SGF c’est aussi simple que ça.

Voila le fest se termine (c’est passé trop vite !!), mais pas la soirée car pour les courageux un after était organisé par Gilles de MOLOSSE et son équipe à une quarantaine de bornes de la laiterie avec encore du son !!! si si si, POST MORTEM et DVORHEAD mais ça c’est une autre histoire…

En résumé, le fest fut excellent, les groupes très bons, l’ambiance terrible. Seul bémol : l’affluence ; 300 entrées environ c’est dommage comparé à certaines autres éditions mais aussi très bien vu les groupes mis à l’affiche qui sont loin d’être connus.

Pour conclure, c’était vraiment une fête orchestrée de mains de maîtres par INHUMATE et GRIND YOUR SOUL. Tout est très bien rodé : que cela soit l’accueil, l’organisation, les changements de plateau. La mécanique est très bien huilée, encore bravo à toutes les personnes impliquées.

Ces mecs sont vraiment sacrément burnés, ce sont des passionnés et il faut leur dire un grand MERCI : merci pour ce rendez-vous annuel, merci de laisser s’exprimer les groupes UG français et étrangers dans de si bonnes conditions. A l’année prochaine !!

Chronique de Guyom (Goryptic)

 

GALERIE :
Toutes les photos ont été prises par Thomas Werr


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]