19 / 02 / 2010
SOUL GRINDING FESTIVAL V
Strasbourg (France)

Reinfection
Recueil Morbide
Hybrid Viscery
Sufferage
Abrasive
StumpFucking
Absurdity
Pulmonary Fibrosis
Vacarme





AFFLUENCE

environ 400



COMPTE RENDU :

Déjà la cinquième édition pour le Soul Grinding Festival, comme le temps passe... Et une nouvelle fois, je réponds présent à cet évènement underground, qui on ne le répètera jamais assez, est sans aucun doute LE Festival incontournable en France à faire au moins une fois dans son existence de brutallo-grinder !!! Et c'est pas les quelques centimètres de neige déposée sur la route qui m'empêcheront d'aller jusqu'à Strasbourg, il m'en faudrait bien plus pour me cloîtrer chez moi.

C'est donc le cœur vaillant, accompagné de mes collègues que nous prenons la route nous menant à notre pèlerinage annuel, afin de passer une énième fois une journée jubilatoire sous le signe du brutal death, du grind, de la sueur, de la bonne bière, de décharges émotionnelles, de rencontres forts sympathiques... etc.... Bref, tout un ensemble qui fait que l'on passe un putain de bon moment !

Enfin c'est le moment tant attendu, les portes de la Laiterie s'ouvrent à peine que déjà une horde pénètre à l'intérieur pour découvrir comme chaque année des stands de groupes, de labels un peu partout. Hum... Avec mon chéquier dans la poche arrière, je sais pas pourquoi, mais je sens que je vais craquer devant tous ses skeuds, T-shirts, fanzines étalés juste sous mes yeux. Difficile dans ses cas là de ne pas céder à la tentation, en même temps vu que je comptais pas me maîtriser, ça tombe plutôt bien.

A peine le temps de scruter les stands, de faire ses premiers achats et de serrer quelques mains, que le Festival commence. Si il y a bien une chose que l'on ne pourra jamais reprocher à l'organisation, c'est bien le timing qui est respecté à la minute près. Incroyable, surtout avec neuf groupes à l'affiche, ça doit demander une sacrée coordination.

C'est donc VACARME qui a la difficile tache d'ouvrir les hostilités. Chose peu évidente quand on connaît les groupes qui suivront derrière eux.... Et VACARME s'en sort plutôt avec tous les honneurs qui lui sont dus, arrivant à galvaniser d'entrée le public déjà bien nombreux dans la fosse. Armé de son death métal à consonance old-school sur certains passages, les riffs et les blasts fusent de tout côté dans la salle. Le groupe est vraiment à l'aise sur scène, il prend son pied et ça se voit et surtout ça s'entend, et VACARME nous délivre un très bon show bien brutal jumelé d'une présence scénique très en place. Le chanteur occupe sans mal l'espace de la scène en assurant parfaitement ses parties vocales, accompagné d'un guitariste qui malgré des passages assez techniques n'hésite pas à participer énergiquement au show, le bassiste-chanteur lui m'a tout simplement éberlué, mais comment arrive-t'il à sortir de telles notes tout en grognant dans le micro et en bougeant ainsi ?? Ce gars n'est pas humain ! Vraiment, le show de VACARME m'a bluffé, et vu l'accueil du groupe dans la salle, il faut croire que je n'étais pas le seul à penser ainsi. Mission accomplie les gars, vous pouvez être bien fier de votre show !

Place ensuite à PULMONARY FIBROSIS et son grind core des plus jouissif. Au programme, des titres d'au maximum deux minutes agrémentés de chant guttural et mugi, un batteur qui martèle ses fûts sans relâche, un guitariste qui taillade sans ménagement ses cordes, bref un show de folie et d'une intensité incroyable. Une communion totale avec un public conquis par leur prestation soutenue et extrême tout en étant doté d'une certaine pointe d'humour entre les morceaux. Bref, PULMONARY FIBROSIS fut pour moi la première surprise de la soirée. Ce groupe est magistral, et leurs reprises entre autre de Malignant Tumour est un pur bonheur tout comme celle de Venom (à peine une minute). Bref, ces trois lascars m'ont littéralement envoûté par leur grind core et leur show très persuasif !!! Mention spéciale donc pour ses frenchies qui m'ont conquis de par leur brutalité et leur jeu de scène !!!

Au tour de ABSURDITY, qui ce soir là fait office de groupe local, et qui donc à juste titre bénéficie d'une hospitalité assidue du public. Car même si je dois avouer que pour moi ABSURDITY sonne un peu trop thrash, il serait malhonnête de dire que scéniquement le groupe ne se donne pas à fond. Et c'est sur les bases solides d'un chanteur charismatique qui fait le show, doté d'un timbre vocal des plus agréable et s'activant comme un endiablé sur scène que le groupe nous déverse ses riffs tharsh/death par le biais de musiciens qui connaissent très bien leur job. Les morceaux sont carrés, très bien interprétés, on sent bien que ABSURDITY n'en est plus à ses débuts, et que tenir une scène ne leur pose pas de problème. Le seul hic pour moi, serait l'utilisation de percussions qui au final ne sont pas vraiment indispensables en live. Ceci dit, ABSURDITY nous délivra un concert sans faille et d'une énergie communicative puisque le public se déchaîna très rapidement sous l'emprise des sonorités du groupe.

S'en suit pour moi la seconde grosse claque de la soirée, STUMP FUCKING muni d'un death/grind des plus brutal va tout dévaster sur son passage. Sur scène comme dans la fosse c'est la guerre ! L'apocalypse ! Le message est simple, nos amis Suisses ne sont pas venus jusqu'à nous pour faire de la simple figuration, et il est clair que les événements vont s'enchaîner très rapidement. Allez, vas-y que tout le monde monte sur scène, porte le grogneur officiel à bout de bras au dessus de tous, devant c'est slam sur slam, bref la hache de guerre est déterrée. Un véritable rouleau compresseur ! Du début à la fin, leur death/grind m'aura mis sur le cul. Musicalement ça bute sévère avec un chant ultra gutturale et scéniquement c'est une boucherie, la machine est rudement bien huilée. Aucun survivant, voilà le maître mot du groupe. Et effectivement ce sera la cas, car au vue de leur concert, qui oserait passer derrière ??? Qui serait assez fou pour assurer et nous faire oublier cette tornade Suisse qui s'est abattue durant plus de 40 minutes sur la Laiterie ??

Et bien se sera à ABRASIVE de relever le challenge de nous faire oublier le show précédent de STUMP FUCKING. Or.... Aie, aie,

aie.... Les choses vont se gâter sévères pour le groupe, peu ou pas de présence scénique, il faut dire que le combo se constitue de deux guitaristes, d'un bassiste et bien sur d'un batteur, et que le chant est assuré en partie par l'un des guitariste tout étant appuyé par ses collègues (de galère pour le coup) sur certains passages. Mais bon, là ou ça coince sévère, c'est le fait que leur prestation sera malheureusement statique et que musicalement, non pas que ce soit mauvais, mais un peu trop complexe pour moi et pas assez bourrin pour mes oreilles. D'ailleurs, le public ne s'y trompe pas puisque l'ambiance est redescendue d'un cran et que dans la fosse hormis quelques irréductibles, ça s'est bien assagi. Bon d'ailleurs pour ma part, après 4-5 morceaux, j'avoue complètement avoir décroché de leur show et j'ai plus été tenté par une bonne bière que par la suite de leur concert. Sorry les gars, mais pour moi un concert est synonyme de sueur, de blast, de furie... etc... Et là, je n'y ai pas trouvé mon bonheur...
Succède ensuite SUFFERAGE qui officie dans le style death métal. Et même si cela ne surprend plus, il faut savoir que le groupe compte en son sein une chanteuse-grogneuse qui assure tant vocalement que scéniquement. Certes même si le death métal de SUFFERAGE se veut dans l'ensemble assez basique, les riffs vous pilonnent la tête et les grommellements auditifs de la chanteuse se conjuguent idéalement avec la musique de SUFFERAGE. Des morceaux qui se veulent directs, des lignes de chants parfaitement posés, un batteur qui assure le tempo sauvage, et des riffs accentués par la basse font que même sans connaître plus que ça leurs morceaux, c'est sans aucune difficulté que SUFFERAGE me fait partager sa musique. Et quel plaisir de voir un groupe s'éclater autant sur scène, on voit de suite que tous prennent un réel plaisir à être là, et le public lui rends bien. De nouveau la scène est envahie, les pogos et les slams repartent de plus belles, et toujours ce sourire en permanence sur le visage des musiciens. Un excellent show de la part de ses Allemands, qui me tarde de revoir une nouvelle fois sur scène.

C'est donc au tour des Belges de HYBRID VISCERY de monter sur les planches et à leur tour de nous assommer avec leur grind core des plus incisif et percutant. Le batteur s'acharnant comme un dément sur ses toms est un véritable poulpe, l'ensemble bassiste/chanteur et guitariste vous sortent des riffs de tueurs qui percutent direct et le chant bien grind lorgnant de temps en temps dans un registre vocal bien rauque sonne l'ensemble des spectateurs. Quelle furie sur scène !!! Le chanteur cagoulé est un vrai psychopathe et en à peine 2 morceaux, soit 5 minutes, c'est l'anarchie totale dans la Laiterie. Et c'est repartie pour les slams, les pogos, une partie du public n'hésitant pas à monter sur scène pour gueuler dans le micro laissé libre vue l'ambiance par le bassiste. Bref, c'est véritablement une horde de frénétiques qui déboule sur scène pour mon plus grand bonheur. j'en attendais beaucoup de HYBRID VISCERY étant gros fan sur skeud, et là j'en ai eu pour mon grade, quel pied !!!! Violence, fureur, rage et brutalité sonore était bel et bien au rendez-vous, et donc tout ce que j'aime... Merci pour votre show, les gars, vraiment merci !

Et c'est déjà le tour à mes compatriotes Franc-Comtois, RECUEIL MORBIDE ! Et comme à leur habitude, les RECUEIL sur scène ça envoi sévère. La playlist étant vraiment axée sur leurs morceaux les plus brutaux (pour mon plus grand plaisir), les titres déboulent les uns derrières les autres dans une ambiance certes bon enfant, mais tellement puissante que j'en suis scotché. RECUEIL MORBIDE est vraiment un groupe de scène, et il suffit de les avoir vu au moins une fois pour en être convaincu. Le batteur frappe tellement fort qu'il en est à la limite de broyer son instrument, les deux guitaristes sont en parfaites osmoses en amenant chacun sa contribution aux morceaux, le bassiste déploie une énergie incroyable tant scéniquement que musicalement, et Mickey au chant est toujours aussi impérial. Alternant avec facilité le chant guttural au chant plus profond et plus posé par moment, moi j'en reste bouge bée !! Surtout qu'à de nombreuses reprises, le public qui maintenant squatte pour tous les groupes la scène soulève à plusieurs reprises le chanteur, qui comme si de rien n'était assure toujours ses parties vocales, incroyable... J'en suis sidéré de tant d'aisance de sa part. Un pari tenu donc pour RECUEIL MORBIDE qui a su convaincre sans mal par le biais de son brutal death le public qui au final en redemandait encore plus.

Aaaahhhhh !!!!!!! REINFECTION, ça y est, c'est au tour de REINFECTION de clore la soirée. Et étant gros fan depuis leur tout début, je peux vous assurer que je les attendais de pied ferme les Polonais et leur death métal ultra bourrin. Et je suis pas déçu, le trio formant le groupe : guitariste, batteur et chanteur nous délivre un show d'une intensité incroyable ! Arg que c'est bon de se prendre en pleine tronche du chant caverneux, des grognements, des râlements de voix que j'en ai mal pour lui... Un batteur qui extermine sans aucun repentis son instrument, le guitariste assurant à lui seul le jeu de corde du groupe d'une exécution sans faille, et REINFECTION est le groupe qui finira d'achever l'audience de la salle. Leur show est tout simplement magistral, sans aucun compromis aucun, le groupe déverse toute sa haine dans la musique et ça s'entends, pas de place pour des solos, il faut que ça ramone, et c'est la cas. Seul ombre au tableau fut au moment du deuxième rappel ou malheureusement une partie du public quitta la salle pour ne pas revenir pour les derniers morceaux, why ???? Trop violent ? Trop extrême ? Ou bien, en avait-il suffisamment pris dans la face et préférait-il jeter les armes à terre devant tant d'excès musical... En tout cas moi j'ai pris mon pied et je ne remercierai jamais assez REINFECTION de m'avoir repu en musique extrême et si enragée.

Et voilà, déjà la fin de cette cinquième édition qui comme les précédentes m'aura permis de me délecter durant près de huit heures de musique extrême pour ma plus grande satisfaction !! On ne le répètera jamais assez, mais réussir à proposer dans de telles conditions si professionnelles des groupes Underground devant un tel public qui encore cette année a répondu en masse (un peu plus de 400 personnes tout de même !) à l'appel des organisateurs qui au passage on fait un boulot du tonnerre sur l'accueil et ont fait preuve d'une rigueur fantastique sur l'organisation sans faille, et bien moi je tire mon chapeau !!!!!!!!!! Et tout ceci pour la modique somme de 10€ avec en prime une compilation gracieusement offerte, si c'est pas prodigieux, je vois pas... Rendez-vous donc en 2006 pour je l'espère encore plus de monde et toujours une programmation aussi bourrin !

Chronique de Laurent de Bestial Experience

 

GALERIE :
Toutes les photos ont été prises par Thomas Werr


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]


[ Website ]